Blanchisseries

le 14/02/2013 L'AGEFI Hebdo

Sous les feux de l’actualité en raison de ses déboires financiers et le risque de faillite qui pèse sur elle, l’île de Chypre a droit à toute l’attention des analystes. Une de ces études, publiée par Morgan Stanley, fait le point sur les investissements directs financiers sortis de Russie. Les statistiques émanant de la banque centrale russe font état d’un stock de 456 milliards de dollars à fin 2011, réparti comme suit : 28 % à Chypre, 12 % dans les îles Vierges britanniques, 7 % aux Bermudes, 6 % aux Bahamas, 4 % au Luxembourg, 13 % aux Pays-Bas et 30 % ailleurs. Un vrai catalogue de laveries et de paradis fiscaux. Le gouvernement chypriote se défend de ses accusations, notamment allemandes, arguant que l’île respecte douze critères de la FATF (Financial Action Task Force), l’organisme qui mesure les pratiques antiblanchiment des gouvernements, quand l’Allemagne en respecte cinq. Il est vrai qu’en zone euro, l’Allemagne se classe au 14e rang sur 17, juste devant la Grèce, la Slovaquie et le Luxembourg qui ferme la marche.

A lire aussi