OPCVM

BFT Gestion, numéro un de la collecte en janvier

le 20/02/2014 L'AGEFI Hebdo

Monétaire : le retour

Début d’année en fanfare pour les fonds monétaires, avec une collecte de 23,3 milliards d’euros en France sur le seul mois de janvier. Résultat, les spécialistes de ces produits monopolisent les premières places de notre classement mensuel EuroPerformance-a Six Company des souscriptions dans les OPCVM de droit français. BFT Gestion monte sur la première marche du podium grâce à ses fonds de trésorerie. Sa maison mère, Amundi, s’octroie la troisième position, aussi grâce au monétaire. A la deuxième place, Natixis AM enregistre 3,1 milliards de souscriptions encore sur la même thématique. CM-CIC AM et BNP Paribas AM, deux autres acteurs de taille dans cette classe d’actifs, complètent le haut de notre tableau.

Toujours en actions

Outre le monétaire, les fonds actions, ceux investis en obligations convertibles et ceux proposant des stratégies de performance absolue, ont bénéficié de flux positifs de souscription. Cette dynamique commerciale a profité dans les actions à un acteur comme Theam. La filiale de BNPP IP collecte 211 millions d’euros sur ces produits. Edram (125 millions d’euros), Amundi (56 millions), Fédéral Finance Gestion (51 millions via les fonds de sa filiale Schelcher Prince Gestion) ont capté une partie des 349 millions de souscriptions nettes enregistrées globalement par les fonds d’obligations convertibles. Fédéral Finance affiche également une bonne performance commerciale avec ses OPCVM de performance absolue (114 millions de souscriptions), grâce à la collecte de Schelcher Prince sur ce type de gestion.

Regain obligataire

La classe d’actifs gagnante en janvier, sur fond de regain d’aversion pour le risque, est l’obligataire. Après plusieurs mois de décollecte, les fonds spécialisés ont refait le plein de souscriptions. Ce qui a profité à Amundi (275 millions de collecte). Lyxor enregistre pour sa part 282 millions de souscriptions sur la classe d’actifs. Néanmoins, malgré cette collecte largement positive en obligations, mais également en actions (128 millions), grâce notamment à ses fonds indiciels, la filiale de Société Générale arrive parmi les derniers de notre classement mensuel. Elle est affectée par les 626 millions d’euros de sorties intervenues dans ses fonds garantis ou à formule. Plusieurs de ces produits ont été remboursés avant leur échéance en raison du franchissement du seuil de performance contractuellement fixé.

Le diversifié délaissé

Le grand perdant en ce début d’année est Carmignac Gestion. La société de gestion continue d’être affectée par la décollecte de ses fonds diversifiés. Ces derniers enregistrent 627 millions de rachats en janvier. Elle souffre également d’importantes sorties sur ses fonds actions (526 millions), en grande partie imputables au regain d’inquiétude sur les marchés émergents. Comgest, un spécialiste des actions émergentes, mais également State Street GA, Allianz GI ou Natixis AM, accusent d’importants rachats en actions. A contre-courant, dans la gestion diversifiée, DNCA Finance continue d’afficher une collecte nette positive de 151 millions d’euros.

A lire aussi