La BEI prête à monter en puissance sur les infrastructures

le 31/05/2012 L'AGEFI Hebdo

De toutes les idées à l’étude pour stimuler la croissance, la plus avancée reste sans conteste celles des project bonds (obligations de projets) sur laquelle travaille la Banque européenne d’investissement (BEI - photo). En pratique, le projet est prêt et devrait recevoir en juillet l’aval définitif du Parlement européen. Il repose sur un « coussin » de 230 millions de fonds européens disponibles, sans abondement national, pour des projets d’infrastructures dans les secteurs du transport, de l’énergie et des technologies de l’information. Cette somme serait triplée par la BEI (à 690 millions) pour garantir la dette de véhicules d’investissement ad hoc à hauteur de 20 % des émissions de ces derniers, soit une capacité de lever des fonds de 3,5 milliards d’euros. « Cela apporte un confort énorme aux sociétés de projets et aux investisseurs », note-t-on à la BEI. Complété par une dotation en capital de l’ordre de 20 % du total des investissements, on arrive au chiffre de 4,3 milliards d’euros couramment cité par les décideurs européens. La BEI, qui estime que ce montage apporte une innovation majeure dans le financement des infrastructures, tient à garder la main sur la sélection des projets, ce qui ne sera pas facile compte tenu de la visibilité politique donné à cet instrument. « Cet instrument ne peut pas faire d’un mauvais projet un bon projet », explique-t-on à la banque. Sur la vingtaine de dossiers actuellement à l’étude, elle espère boucler un financement d’ici la fin de l’année et deux ou trois autres en 2013. « Ce serait déjà un énorme pas en avant », indique-t-on à Luxembourg.

A lire aussi