L’avis de… Olivier Arroua, associé au cabinet Selenis et auteur d’un Livre blanc sur les pratiques RSE* dans les services financiers

« Les banques sont de bonnes élèves »

le 12/07/2012 L'AGEFI Hebdo

Les banques sont-elles à la pointe en matière de bilan carbone ?

Les banques sont de bonnes élèves en la matière par rapport à d’autres industries, elles multiplient les initiatives originales, innovantes parfois. Elles disposent d’importants leviers d’optimisation - informatique, papier et éclairage notamment - et sont engagées dans une démarche systématique de réduction des coûts de fonctionnement. Elles réduisent annuellement de 3 % à 6 % leur consommation d’énergie, ce qui est dans la moyenne française (-4 %). L’évolution progressive du cadre réglementaire (signature électronique, dématérialisation des échanges) et technologique (cloud computing, système centralisé de gestion de l’énergie) génèrent de nouveaux potentiels de gains.

Quel est l’intérêt de cette démarche ?

Le principal est financier car cela leur permet d’améliorer leur coefficient d’exploitation. Il existe aussi un intérêt en termes d’image car les banques font ainsi un geste citoyen. Par ailleurs, cette démarche environnementale peut renforcer la cohésion interne, en donnant un sens social à l’action des collaborateurs. Enfin, par leurs investissements, elles contribuent à démocratiser et ouvrir le marché de l’énergie « verte ».

*Responsabilité sociale et environnelementale

A lire aussi