L'avis de... Christian Carrega, directeur général de Prefon*

« Aujourd’hui, chaque investisseur a sa méthode »

le 14/03/2013 L'AGEFI Hebdo

Vous finissez de mettre en place des outils afin de mesurer plus efficacement la performance extra-financière de vos actifs. Qu’est-ce qui vous a incités à agir de la sorte ?

Nous travaillons avec quatre assureurs-gestionnaires (CNP, Axa, Groupama et Allianz) avec qui nous avons des contrats de gestion pour l’ensemble de nos actifs, et nous nous sommes rendu compte que bien qu’ayant mis en place une démarche ESG (environnement, social, gouvernance, NDLR) avec chacun d’entre eux, nous étions incapables d’agréger les données et d’avoir une vision globale de la performance extra-financière de notre portefeuille. Aujourd’hui, chaque investisseur, chaque société de gestion a sa méthode qui peut s’apparenter parfois à une boîte noire.

Qu’avez-vous mis en place ?

Nous avons commencé par travailler avec Vigeo. Nous leur avons demandé de noter nos portefeuilles obligataires et actions. Puis nous avons voulu aller plus loin. Nous avons demandé aux assureurs de travailler avec nous à la définition de critères de mesure identiques à chacun d’entre eux, compréhensibles de tous et reposant sur une méthodologie commune. Cela a abouti à la création de six indicateurs pour les obligations souveraines et sept pour le corporate.

Quels sont ces indicateurs ?

Historiquement, notre caisse a une dimension sociale forte. Nous prêtons donc attention, entre autres, à la formation dans les entreprises dans lesquelles nous investissons (nombre d’heures par salarié par an), à la part des femmes dans les postes d’encadrement, à la création d’emplois (que nous avons décidé d'évaluer en mesurant le poids des small et midcaps car nous considérons que ce sont les petites entreprises qui sont créatrices d’emplois). Ces choix sont forcément réducteurs mais nous avons réussi à mettre tout le monde d’accord sur leur définition et leur méthodologie de calcul. Ces outils seront disponibles d’ici à quelques semaines et vont nous permettre de mesurer (et donc de communiquer) simplement la manière dont nous investissons (ou non) dans des sociétés qui font progresser les valeurs de nos 400.000 affiliés.

*Caisse de retraite complémentaire pour les fonctionnaires, 11,5 milliards d’euros d’actifs au 31 décembre 2012.

A lire aussi