L’homme clé, Sébastien Barbe, directeur général de Schelcher Prince Gestion

« Après la Scandinavie, nous n’excluons pas de sortir des frontières européennes »

le 28/06/2012 L'AGEFI Hebdo

Sébastien Barbe, 41 ans, savoure la mue opérée par Schelcher Prince Gestion (SPG) depuis qu'il en a pris la tête au printemps 2011. Deux ans après l’entrée à son capital de Federal Finance, filiale de gestion de Crédit Mutuel Arkéa, la donne a en effet changé pour ce spécialiste des marchés du crédit et des obligations convertibles. « Nous ne sommes plus une boutique indépendante, souligne le directeur général de SPG. Nous sommes une petite société de gestion autonome qui bénéficie des qualités d’une grande, grâce au soutien de Federal Finance et de la signature du groupe Arkéa. » Un adossement qui va prendre une nouvelle envergure : début juillet, Federal Finance va relever sa participation de 51 % à 85 %. « Federal Finance devrait en rester là. Les deux sociétés ont toujours vocation à se développer en s’appuyant sur leurs expertises et en maintenant leurs marques », prévoit ce transfuge de Rothschild & Cie Gestion où, pendant douze ans, il a développé le pôle de gestion obligataire. Une reconversion que ce jeune patron ne regrette pas : « C’était une nouvelle aventure proposée à un âge où je souhaitais me projeter dans une société à taille humaine et à fort potentiel », se souvient-il.

Des synergies commerciales

Les motifs de satisfaction ne manquent pas. « En un an, nos actifs sous gestion ont progressé de 1,7 milliard à plus de 2,2 milliards d’euros, portés par une collecte de 535 millions », souligne Sébastien Barbe. Mieux, près de 60 % des sommes collectées proviennent des canaux de distribution du groupe Arkéa : la banque privée BPE, le site internet Fortuneo ou encore la plate-forme Vie Plus dédiée aux conseillers en gestion de patrimoine indépendants (CGPI). Sous sa houlette, SPG a aussi musclé ses effectifs - soit 14 personnes actuellement - avec trois recrutements dont un responsable de son bureau d’analyse, et un quatrième prévu dans les semaines ou les mois à venir. « Nous avons fait croître sa solidité en termes d’encours et de résultats, d’images et d’équipes, ajoute le dirigeant. Nous avons réussi à donner un vrai dynamisme à la société et nous sommes en avance sur le ‘business plan’ d’acquisition. »

Son actionnaire lui a en effet fixé pour objectif de porter ses encours à 4 milliards d’euros d’ici à 2015. Pour y parvenir, Sébastien Barbe va devoir poursuivre l’intégration de sa société au sein de sa maison mère. « Les synergies de coûts se mettent en place progressivement de part et d’autre, précise-t-il. Par ailleurs, certaines fonctions supports ou de développement sont encore en cours de mutualisation. » Qu’importe. Le soutien de Federal Finance et d’Arkéa lui a déjà permis de s’ouvrir à de nouvelles cibles de clientèles. « Nous pouvons désormais répondre à des appels d’offres de grands institutionnels français ou étrangers, ce que nous ne faisions pas auparavant faute de répondre à certains critères de taille et d’avoir les ressources suffisantes », observe Sébastien Barbe.

Son actionnaire constitue également un sérieux atout pour poursuivre son expansion hors des frontières de l’Hexagone. Federal Finance travaille actuellement sur la finalisation de partenariats croisés européens. Depuis 2008, SPG dispose aussi d’un partenaire pour distribuer ses produits en Europe francophone (Belgique, Suisse Luxembourg), en Europe du Sud et en Allemagne. « Nous faisons partie de ces PME qui exportent à l’international », s’amuse Sébastien barbe. Si, pour l’heure, l’international ne représente que 5 % de ses encours, le directeur général ne cache pas son ambition. « Nous regardons aujourd’hui la Scandinavie et nous n’excluons pas de sortir des frontières européennes », conclut Sébastien Barbe.

A lire aussi