Adoucir la pilule budgétaire

le 03/05/2012 L'AGEFI Hebdo

Dans le système imaginé par les économistes de Wiesbaden, les pays décideraient ex ante du montant de la dette à transférer, ce transfert s’étalant sur plusieurs années en fonction des besoins de refinancement du pays. C’est ainsi que le placement de 532 milliards de dettes français auprès du fonds pourrait s’effectuer sur trois ans (voir le tableau). La créance du Fonds sur Paris culminerait à 518 milliards en 2015 mais l’effort de consolidation serait reporté en fin de période, le versement le plus important intervenant en 2034 (50 milliards), soit un an à peine avant le terme de l’amortissement. Le stock de dettes repasserait sous la barre des 60 % du PIB en 2030 et se situerait à 53,6 % à l’expiration du Fonds en 2035.

A lire aussi