Un accélérateur de concurrence pour le marché français

le 26/04/2012 L'AGEFI Hebdo

Ucits IV ouvre les frontières de l’Europe aux sociétés de gestion françaises et, symétriquement, ouvre les portes de la France aux gestionnaires européens. « Le marché français accueillait déjà largement les fonds étrangers. Ucits IV ne constitue donc pas une menace pour les sociétés de gestion françaises, même si tous les acteurs cherchent aujourd’hui à sortir de leur marché domestique », estime Pierre Bollon, de l’AFG. De plus, la plupart des grands acteurs européens sont déjà présents à Paris, soit via une société de gestion, soit, plus fréquemment, via un bureau commercial distribuant des fonds autorisés par l’AMF. Leurs gammes bénéficient désormais d’une procédure accélérée pour l’autorisation des fonds en France, comme partout en Europe. Quant aux rares grandes sociétés de gestion européennes qui ne sont pas encore présentes dans l’Hexagone, elles ne constituent pas une menace pour l’industrie française. « Les clients sont très attentifs à la proximité commerciale et à l’implication locale de nos équipes. Une société de gestion européenne utilisant le passeport européen des sociétés de gestion pour proposer un fonds français à des clients français ne pourrait pas proposer ce même service », explique Frédéric Jamet, responsable de la gestion de State Street Global Advisors France, société présente en France depuis 21 ans.

A lire aussi