Rencontre avec... Jean-Philippe Desmartin, responsable de la recherche ESG (Environnement, Social, Gouvernance) chez Oddo Securities

«Les abus en matière de rémunération ne sont pas la majorité des cas»

le 29/03/2012 L'AGEFI Hebdo

Que pensez-vous du «say on pay» ?

Même si les abus en matière de rémunération ne sont pas, loin de là, la majorité des cas, ce sujet risque d’animer la saison des assemblées générales. Les investisseurs institutionnels, qui ont beaucoup perdu en Bourse lors de ces dernières années, n’ont pas forcément envie de faire de concession aux équipes dirigeantes. Lorsqu’ils existent, les excès s’observent rarement dans les sociétés familiales ou dotées d’un actionnaire de référence, mais plutôt dans les grandes entreprises non contrôlées. Certains observateurs estiment que le «say on pay» - qui consiste à demander en assemblée le vote consultatif des actionnaires sur les rémunérations attribuées - permettrait de gommer les exagérations. Or mettre en place un tel processus revient à estimer que ni le conseil d’administration ni le comité de rémunération ne font leur travail et à minimiser leur responsabilité. Ces instances ne sont-elles pas le lieu où le contrôle doit s’exercer ? En réalité, c’est le fonctionnement des conseils qui est aussi en jeu.

La composition des conseils d’administration s’améliore-t-elle ?  

La féminisation accélérée des conseils en France améliore leur diversité. Mais ce qu’il faut mesurer plus globalement, c’est la «diversité cognitive», c’est-à-dire le fait de rassembler différentes façons de penser, que ce soit en raison de l’âge, des expériences professionnelles ou culturelles. C’est cette alliance qui favorise les meilleures prises de décision dans un environnement complexe et incertain.

Comment fidéliser les actionnaires minoritaires ? 

A l’heure où les actionnaires de long terme se font rares, stabiliser sa base d’investisseurs est un véritable enjeu. Les dividendes majorés sont une façon pertinente de récompenser leur fidélité, meilleure selon nous que l’attribution de droits de vote double qui déroge au principe de démocratie actionnariale, une action une voix.

A lire aussi