3 % comme ligne d’horizon

le 04/10/2012 L'AGEFI Hebdo

Jerôme Cahuzac, ministre français du Budget

« Personne ne doit oublier que si la France ne respecte pas sa parole, c’est-à dire n’atteint pas cet objectif de 3 % de déficit public l’année prochaine, alors sa signature sera dévalorisée, ce qui se traduirait par une hausse de ses coûts d’emprunt » (RTL, 2 octobre 2012)

Olivier Bailly, porte-parole pour les Affaires économiques et financières, Commission européenne

« La Commission ne voit pas de raison de changer l'approche actuelle vis-à-vis de la France. Nous avons eu des assurances publiques des autorités françaises de respecter l'engagement de déficit à 3 % l'an prochain. On s'en tient là » (Le Point, 26 septembre 2012)

Bernard Cazeneuve, ministre chargé des Affaires européennes

« Tout, sur le déficit structurel et les investissements d'avenir, doit se faire dans le concert des nations européennes. (…) Il n'y a pas d'échappée belle possible sur un tel sujet » (Mediapart, 28 septembre 2012)

A lire aussi