24 heures dans la vie d'un marché

le 28/02/2013 L'AGEFI Hebdo

Si, au lendemain des élections générales italiennes, mardi 26 février, l'obligation publique à 10 ans - BTP - prenait 30 points de base (pb) dans la matinée, de 4,5 % à 4,8 %, la veille avait déjà battu tous les records de volatilité. C'est tout le problème des scrutins politiques qui se déroulent en semaine. Le 10 ans italien démarre cette demi-journée électorale (les bureaux de vote étaient ouverts le lundi jusqu'à 15h) à 4,43 % et la termine vers les 4,48 %. Pas de quoi fouetter un chat. Sauf qu'entre-temps, il est passé par toutes les couleurs. Une petite hausse aux toutes premières heures, puis une descente abrupte jusqu'à 4,16 % à 15h34, le centre gauche (les sondages à la sortie des bureaux de vote ?) est alors donné gagnant au Sénat. Puis d'autres sondages font état d'un retour en force du centre droit et de son allié Berlusconi. Vent de panique, le rendement du BTP remonte vers les sommets (4,48 % à 18h00). Un va-et-vient de plus de 60 pb en une journée. La facture a dû être salée pour certains investisseurs. Heureusement qu'à Chypre, pour le second tour de l'élection présidentielle, il n'y a pas eu de surprise...

A lire aussi