0+0+0+0+0 = 0,2

le 11/10/2012 L'AGEFI Hebdo

Tout est possible, c’est une question de volonté. L’Insee nous en fournit la preuve en dressant un tableau à fin 2012 des comptes nationaux avec cinq trimestres de croissance « zéro » ou, si vous voulez regarder les choses par en bas, de récession « zéro ». Les enquêtes de conjoncture nous montrent pourtant des entreprises en train de replier leurs projets d’investissement. L’Insee elle-même nous explique que le pouvoir d’achat des Français est en train d’être taillé à la hache en raison des augmentations d’impôts et de la hausse des prix de l’essence. Conséquence, la consommation des ménages, qui était depuis des lustres l’assurance d’une croissance cahin-caha du PIB, ne fera que stagner cette année. Et ce grâce, ô miracle, à une chute du taux d’épargne de 16,4 % du RDB (revenu disponible brut) fin juin à 15,1 % fin décembre. Pour que les prévisions de l’Insee soient justes, il faut tout simplement que les Français commencent à détricoter leurs bas de laine.

A lire aussi