Stéphane Barthélemy, gérant senior de State Street Global Advisors

« Leurs marchés financiers ne sont pas le miroir de leur activité réelle »

le 27/03/2014 L'AGEFI Hebdo

Les marchés financiers émergents sont-ils le reflet de leurs économies ? Les marchés financiers, et en particulier ceux des économies émergentes, ne sont pas le miroir de l’activité « réelle ». Nombre d’entreprises des pays émergents ne sont pas cotées. Celles qui se créent ont d’abord recours au private equity pour se financer. De plus, les Etats des pays émergents contrôlent encore une grande partie de leurs économies. Comment évolue le secteur de la consommation dans les indices boursiers ? En 1995, avant la crise asiatique, la consommation représentait en valeur 20 % des indices globaux émergents, avant de tomber à un plus bas de 9 % à la mi-2008, lors de l’explosion de la crise du subprime, puis de remonter à 18 % début 2014. En Amérique latine, le poids de la consommation a progressé de 16 % à 25 % entre 1995 et début 2002, avant d’atteindre un point bas de 12 % mi-2008, puis de se redresser à 24 % aujourd’hui. En comparaison, le poids du secteur coté des ressources naturelles d’Amérique latine a progressé de façon quasi continue entre 1995 et mi-2008 (de 30 % à 53 %), puis a chuté pour atteindre 28 % cette année. On repère les mêmes cycles dans la zone EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique), surtout représentée dans les indices par l’Afrique du Sud et la Russie. La dynamique boursière des secteurs de l’énergie et des ressources naturelles des pays émergents disparaît avec la fin du super cycle d’importations chinoises de matières premières. Fin 2008, la Chine est passée à un stade supérieur de transformation de son économie, plus axée sur la consommation domestique. C’est le développement de l’Asie, peu nantie en matières premières, qui a contribué à la réussite des pays riches en ressources naturelles, lorsqu’ils ont su se saisir de l’occasion pour financer le rééquilibrage de leur modèle. L’Inde pourrait prendre le relais, mais cette hypothèse n’est pas valide à court terme. Dans quels pays émergents la consommation domestique dépasse-t-elle les exportations en termes de contribution au PIB ? Au Brésil, la contribution de la consommation au PIB est près de cinq fois plus importante que celle des exportations. Viennent ensuite les Philippines, l’Indonésie, et l’Inde, où le ratio consommation sur exportation est de 2,5, puis, l’Afrique du Sud avec 2,2, le Mexique avec 2, et la Russie avec un ratio décevant de seulement 1,7. En Chine, le ratio est de 1,3, en hausse depuis 2007. A l’inverse, le poids des exportations est supérieur à celui de la consommation dans quatre pays d’Asie : la Corée, Taiwan, la Thaïlande et la Malaisie.

A lire aussi