La France bénéficie peu de la montée en puissance des BRIC

le 16/12/2010 L'AGEFI Hebdo

Mur. L’économie française est-elle réfractaire aux BRIC ? Tout porte à le croire, selon un document de la Direction générale des douanes consacré aux échanges extérieurs de l’Hexagone avec les quatre pays composant les BRIC : Brésil, Russie, Inde et Chine. Certes, les exportations vers ces pays se sont accrues de 13 % entre 1994 et 2008 pour une hausse de 5 % de l’ensemble des exportations. Mais les parts de marché des entreprises françaises plafonnent à 2 %. Ce qui est loin d’être le cas des importations en provenance des BRIC. Le déficit commercial avec ces pays était de 27 milliards d’euros en 2009 (dont 22 millliards pour le Chine) contre un solde négatif de 10,8 milliards en 2000. La Chine, qui est le premier exportateur mondial, est aussi le deuxième importateur. Les firmes françaises en profitent peu. Pis, avec la Chine les avantages comparatifs dans la haute technologie sont progressivement entamés, souligne le document.

A lire aussi