La fiscalité irlandaise dans le collimateur

le 25/11/2010 L'AGEFI Hebdo

Dumping. « Une hausse des impôts s’inscrira sans doute dans les mesures de consolidation budgétaire en Irlande... Il appartient à Dublin de déterminer quels impôts seront augmentés », a commenté le 22 novembre la Commission européenne. Deux jours plus tôt, c’est le président de la République, Nicolas Sarkozy, qui commentait la crise irlandaise : « ... Confronté à une situation de cette nature, il y a deux leviers à activer, celui des dépenses et celui des recettes. Je ne peux pas imaginer que nos amis irlandais, en toute souveraineté » n’utilisent pas les hausses d’impôts. La hausse du taux de l’impôt sur les sociétés (12,5 %) de l’Irlande, accusée depuis plusieurs années de dumping fiscal par la France et l’Allemagne, ne fait pas partie - officiellement - du plan de sauvetage préparé par le Fonds européen de stabilité financière et le Fonds monétaire international. Le gouvernement irlandais en a fait la pierre angulaire de sa politique économique. Pour ne pas entraîner de départs brutaux d’entreprises, de violentes sorties de capitaux (investissements directs étrangers) et ne pas atrophier l’assiette de l’impôt, une hausse de l’IS devrait s’étaler sur plusieurs années, estiment les fiscalistes.

A lire aussi