Solution

le 18/11/2010 L'AGEFI Hebdo

Nouriel Roubini est présenté depuis les débuts de la crise il y a trois ans comme un économiste qui sait lire dans le marc de café. Comme un certain nombre de ses confrères outre-Atlantique (bien plus nombreux qu’en Europe), il a détecté assez vite la bulle de crédit, son éclatement et la crise économique qui s’en est suivie. Ces jours-ci dans le Financial Times, il propose à l’Irlande, menacée d’un défaut sur sa dette, de monter une offre d’échange pre-emptive sur sa dette, ce qui permettrait, selon lui, de réduire les risques de contagion et les pertes pour les investisseurs par un report dans le temps des échéances politiques et financières. Ce genre d’opération peut se réaliser sans décote de la dette, rappelle-t-il, comme l’ont fait précédemment le Pakistan, l’Ukraine et l’Uruguay. Un problème : il n’est pas sûr que l’Irlande accepte d’intégrer ce club.

A lire aussi