L’Europe précise son mécanisme anti-crise

le 18/11/2010 L'AGEFI Hebdo

Urgence. C’est du sommet du G20 de Séoul que la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et le Royaume-Uni ont précisé leurs vues sur le futur mécanisme de résolution des crises en Europe. En indiquant que le secteur privé serait partie prenante en cas de crise majeure sur une dette souveraine, le gouvernement allemand avait, au cours des jours précédents, jeté un pavé dans la mare. L’activation éventuelle du Fonds de stabilité (EFSF) déjà sur les rails n’implique pas l’engagement du secteur privé, indique le communiqué. Mais à l’avenir, le privé pourrait être concerné avec des investisseurs institutionnels appelés à maintenir leurs positions, avec des prêteurs appelés à « roller » la dette existante ou avec l’inclusion d’une clause d’action collective sur les émissions futures des Etats membres.

A lire aussi