Les achats des banques centrales alimentent encore la demande mondiale d'or

le 06/05/2019

La tendance se poursuit après les niveaux d’achats record en 2018, et malgré la vigueur du dollar.

Gold Demand Trends Q1 2019
Télécharger le document

Les achats des banques centrales cherchant à diversifier leurs réserves ont contribué à faire augmenter la demande mondiale en or de 7% au premier trimestre, démontre le rapport du World Gold Council (WGC) à fin mars. Elles ont acheté depuis janvier un total de 145,5 tonnes d'or (nettes des 11,3 tonnes vendues), 68% de plus qu’un an plus tôt. «Compte tenu de la nature stratégique des achats par les banques centrales, nous nous attendons à ce que la dynamique se maintienne», déclare le responsable des études du WGC, Alistair Hewitt, qui prévoit un total d’achats légèrement inférieur aux 651,5 tonnes de 2018, ce qui constituait un record depuis 1967.

Les incertitudes macroéconomiques, la faible croissance et un environnement de taux bas ont continué de peser dans l'esprit des gestionnaires des réserves. «C’est surtout le cas des banques des pays émergents comme la Russie et à nouveau la Chine, note Arnaud du Plessis, gérant spécialisé chez CPR AM. Ces dernières sont loin d’avoir la même proportion de leurs réserves investies en or que les banques centrales occidentales (autour de 70%), et ont entamé ce rattrapage dans le contexte plus général de ‘dé-dollarisation’ des échanges.» La Russie a été le principal acheteur avec 55,3 tonnes au premier trimestre (pour 2.168 tonnes en réserve), devant la Chine (33 tonnes, pour 1.885 au total), qui poursuit ses achats recommencés en décembre après une pause de vingt-cinq mois. La Turquie a également continué à accumuler de l'or (40,1 tonnes).

«En outre, d’autres investisseurs soutiennent la demande du fait de taux longs réels faibles, qui atténuent le manque à gagner par la détention de ce genre de commodities (sans dividendes in intérêts), et ce malgré la vigueur du dollar, qui pèse au contraire sur la tendance depuis quelques mois», poursuit Arnaud du Plessis. En ajoutant 40,3 tonnes à leurs encours, soit 49% de plus qu’un an auparavant, les ETF adossés à l’or ont aussi participé à ce mouvement qui a vu le cours de l’once remonter fin 2018, puis naviguer plutôt dans la base de la fourchette 1.250-1.370 dollars depuis, avec un retour des investisseurs sur des actifs plus risqués.

Le WGC a estimé l'utilisation de l'or à 1.053 tonnes au premier trimestre 2019 (contre 984 tonnes en 2018), dont 530 tonnes liées à la consommation de bijoux (125 en Inde, 184 en Chine), tandis que la production (1.150 tonnes sur le trimestre) restait sur un rythme habituel.

Gold Demand Trends Q1 2019
Source :
World Gold Council
Date :
2 Mai 2019
Langue :
Anglais
Pages :
18

A lire aussi