L’érosion des dépenses publiques de recherche et développement alarme l’OCDE

le 22/12/2016

L'OCDE met en garde contre le risque que la baisse des dépenses publiques de recherche et développement fait peser sur la croissance économique.

OECD Science, Technology and Innovation Outlook 2016
Télécharger le document

Le montant des financements publics alloués à la recherche scientifique et à l’innovation technologique est en chute libre constate l'OCDE dans sa publication Science, technologie et innovation : Perspectives 2016. A trop peu investir dans la recherche de long terme, les pays de l’OCDE risquent de s'enfermer dans une "trappe à stagnation".

Pour la première fois depuis que l’OCDE a débuté cette étude, en 1981, les dépenses publiques de recherche et développement (R&D) dans l’OCDE ont reculé en 2014. En France, par exemple, la dépense publique de R&D a baissé de 37,4% depuis 2000 en proportion de la dépense totale du gouvernement. Pourtant, rappelle Andrew Wyckoff, Directeur de la Science, de la Technologie et de l’Innovation de l’OCDE, « la croissance économique est tributaire de l’innovation, dont le monde aura tant besoin pour résoudre les problèmes colossaux que lui réserve le XXIe siècle, du vieillissement démographique à la démence, en passant par le changement climatique et les inégalités ».

Face à cette baisse de la recherche publique, les entreprises prennent de plus en plus d'importance. Les besoins de recherche sont en effet financés par les entreprises elles-mêmes à hauteur de 86,5 % en moyenne dans l'OCDE. En cause l'aide publique aux entreprises qui à l'image du crédit impôt recherche en France est en augmentation depuis dix ans tandis que les restrictions budgétaires pèsent lourdement sur la recherche publique. La conséquence est que la recherche fondamentale ne représente plus que 30% des dépenses de R&D.

OECD Science, Technology and Innovation Outlook 2016
Source :
OCDE
Date :
08/12/2016
Langue :
Anglais
Pages :
196

Ailleurs sur le web

A lire aussi