En Europe les investissements restent inférieurs de 9% à leur niveau d’avant crise

le 24/11/2016

Dans une étude publiée en novembre 2016, HSBC souligne que le "Plan Juncker" ne se traduit pas vraiment par des dépenses supplémentaires par rapport aux investissements qui auraient de toute façon eu lieu. Le besoin d'investissement public se fait sentir, concluent les auteurs.

An investment-less recovery
Télécharger le document

Depuis sa mise en oeuvre mi-2015, le Plan Juncker a suscité nombre de commentaires sur les effets positifs qu'il est susceptible d'engendrer sur l'investissement en Europe. Mais qu'en est-il exactement?

Ce plan prévoit de déployer 315 milliards d'euros en investissements sur une période de 3 ans, d'ici fin 2017. L'Europe a engagé une mise de 21 milliards d'euros (en capital et garanties), pris sur le budget européen, la Banque européenne d'investissement (BEI). La BEI prévoit un levier triplant cette mise de départ à 63 milliards d'euros de prêts en puisant dans le marché, les investisseurs privés apportant le reste. La Commission a proposé récemment d'étendre à 2022 son plan et de porter l'objectif d'investissement à 630 milliards d'euros.

Le sujet est sensible car 8 ans après la crise, l'investissement est toujours 9% en dessous de son niveau du premier trimestre 2008 en Europe (en termes réels), souligne HSBC, alors que le niveau du Pib des 28 dépasse, lui,  de 4% le niveau correspondant.

En septembre, le fond avait approuvé 140 milliards d'euros d'investissement (1% du PIB de l'Union européenne), dont 60% financés par le secteur privé. Les principaux bénéficiaires sont l'Italie, l'Espagne et le ... Royaume-Uni pourtant engagé à terme dans le "Brexit", avec chacun 20 milliards d'euros. Les secteurs concernés sont l'énergie, la R&D et les PME. 

Mais sur combien d'années s'étendront les investissements et quel sera l'impact sur la croissance des investissements prévus ans les pays bénéficiaires? La BEI finance-t-elle des projets plus risqués que d'habitude,  comme devraient l'y inciter les conditions prévues par le Plan Juncker? 

Dans leurs conclusions, les auteurs de l'étude soulignent que "la nécessité de faire appel aux investisseurs privés rend le plan moins apte à répondre au déficit d'investissement dans des domaines comme l'éducation et les grands projets d'infrastructure (...). En ce sens, un plan d'investissement public pan-européen serait encore préférable", ajoutent les auteurs.

An investment-less recovery
Source :
HSBC
Date :
21 novembre 2016
Langue :
Anglais
Pages :
9

Sur le même sujet

A lire aussi