Le Brexit affecterait peu les grosses économies européennes

le 09/06/2016

Les petites économies européennes seront les plus touchées selon S&P Global Ratings, qui dévoile son "Indice de Sensibilité au Brexit"

S&P Global Ratings
Télécharger le document

L’Irlande, Malte, Chypre et le Luxembourg seront les économies les plus affectées par la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. L’indice, construit en rapportant la balance commerciale des pays vers le Royaume-Uni à leur PIB, à leur flux migratoires et à leur flux financiers vers la Grande Bretagne, permet de prévoir que les conséquences seraient essentiellement européennes. Sur les vingt pays les plus touchés par l'éventuel Brexit, seulement un (le Canada) n’est pas en Europe.

Les conséquences d’un Brexit affecteront donc avant tout l’Irlande, dont l’économie est très imbriquée avec celle de son voisin britannique. Le BSI (Brexit sensitivity Index) atteint 3,4 – soit le niveau le plus élevé pour les pays partenaires du Royaume-Uni. De même, les petites économies, ouvertes au commerce international (Pays-Bas), ayant des liens historiques avec la Grande-Bretagne (Chypre, Malte), ou ayant tissé des liens financiers très forts (Luxembourg, Suisse), se retrouveront en première ligne en cas de sortie de l’UE.

C’est avant tout par le canal financier que les conséquences du Brexit se communiqueront aux autres pays européens. Mais des grands pays européens, comme la France ou l’Allemagne dont les indices sont à 0,8, ne semblent pas être affectés de manière brutale dans ce scénario. L'impact pour la France passera pour 62% par les Investissements Directs à l'Etranger (IDE) entrants et dans une moindre mesure (25%) par les exportations. 

S&P Global Ratings

A lire aussi