Grand Paris : les retombées très inégales de la ligne 15

le 06/06/2016

Une étude de juin 2016 de JLL met en avant les répercussions de l'instauration de la ligne 15 dans les villes concernées.

Télécharger le document

Le projet Grand Paris va prendre une nouvelle tournure avec la construction d’une ligne 15 au sud de Paris. Effective à l’horizon 2022, elle desservira les villes de la première couronne de Boulogne-Billancourt à Vitry. La troisième édition de l’étude « Grand Paris et immobilier d’entreprises : tendances futures » de la société américaine de conseil immobilier JLL se concentre sur les retombées de ce projet sur la première couronne, là où le secteur tertiaire est particulièrement présent.

Le projet Grand Paris s’articule autour du développement de nouveaux transports et de la mise en œuvre de nouveaux pôles qui vont permettre la « réalisation de grands projets urbains », précise l’étude. Actuellement, le temps moyen pour rejoindre les gares parisiennes pour les villes concernées par la nouvelle ligne s’échelonne de 30 à 40 minutes et doit être réduit pour cesser d’être un « handicap à l’attractivité de ces marchés ».

L’étude précise que les trois zones desservies par la nouvelle ligne de métro ne connaitront pas les mêmes retombées. La ville de Boulogne, où le taux de diplômés de l’enseignement supérieur s’élève à 43%, profitera de la construction de 500 000 mètres carrés de bureaux, alors que le secteur de Châtillon-Montrouge, avec un taux de diplômés de l’enseignement supérieur y travaillant de 28%, restera pénalisé par son manque de densité. C’est la zone de Vitry qui « présente le plus grand potentiel de mutation urbaine » et devrait abriter un pôle scientifique comme le projet Campus Grand Parc à Villejuif. 

Sur le même sujet

A lire aussi