Les épargnants français hésitent à investir dans la finance

le 03/06/2016

Une étude de BlackRock et Cicero Group effectué en 2015 pointe l’écart existant entre l’épargne importante des Français et leur réticence à investir dans les marchés financiers.

Enquête sur les investisseurs, par BlackRock
Télécharger le document

C’est une caractéristique française : 87% des ménages français épargnent chaque mois, un des pourcentages les plus élevés d’Europe, souligne l’étude publiée en mai par BlackRock et Cicero Group. Selon cette publication, ces épargnants ne cherchent pas à faire fructifier leurs ressources via des actifs financiers. Les français ont une nette préférence pour la liquidité, dont les rendements sont pourtant extrêmement faibles, poursuit-elle. Deux phénomènes expliqueraient cette tendance à la thésaurisation, selon BlackRock et Cicero Group: la recherche de protection contre les aléas de la vie et une certaine défiance envers les marchés financiers.

Les Français cherchent à accumuler des ressources afin de se prémunir contre les risques de la vie. Parmi leurs préoccupations, figurent la crainte de la hausse du coût de la vie, une appréhension des chocs fiscaux et une inquiétude vis-à-vis de la retraite. Ainsi, 60% des ménages français justifient leur épargne par la nécessité de « faire face aux imprévus ».

Les Français, souligne encore l’étude, expriment une certaine aversion vis-à-vis des marchés financiers, au détriment du rendement de leur épargne. Seulement 33% des ménages se tournent vers les actions, obligations, placements immobiliers ou d’autres placements qui permettent, en principe, de valoriser leur argent. Dans leur esprit, ces investissements sont perçus comme autant de paris risqués, avec à  la clé une forte chance d’amputer une partie de l’épargne investie.

Cette double aversion au risque – risque de la vie et risque des marchés financiers – pose un véritable défi pour les marchés français. BalckRock, premier gérant d’actifs dans le monde, plaide pour un changement qui, laisse entendre l’étude, est avant tout d’ordre psychologique. L’épargne française pourrait constituer un véritable atout si les ménages se montraient plus confiant vis-à-vis des marchés financiers, espère-t-elle. 

Enquête sur les investisseurs, par BlackRock
Source :
BlackRock, Cicero Group
Date :
mai 2016
Langue :
Français
Pages :
32

A lire aussi