10 pistes pour financer les investissements

le 07/09/2015

Télécharger le document

Les investissements sont insuffisants ou mal orientés en Europe continentale, déplore le rapport d’étape de la Mission pour le financement de l’investissement, remis fin août 2015, au premier ministre. Cette mission, pilotée par l’ancien banquier François Villeroy de Galhau, constate que dans beaucoup de pays, le taux d’investissement n’a toujours pas retrouvé son « point haut » d’avant la crise de 2007-2008 avec toutes les conséquences négatives sur l’emploi.

Parmi les facteurs incriminés, les difficultés que rencontrent les entreprises à trouver des sources diversifiées de financement pour leurs investissements. Et ce alors que les taux d’intérêts sont faibles et l’épargne abondante (la zone euro compte plus de 200 milliards d’excédent courant, soit 2% de son PIB). Facteur aggravant, la fragmentation financière au sein de la zone euro. « L’épargne allemande, mal rémunérée, ne circule pas vers les besoins italiens ou espagnols, mal financés, plus encore depuis 2009-2011 », soulignent les auteurs.

Après un état des lieux des circuits du financement des entreprises petites et grandes telles qu’ils se présentent actuellement, la Mission propose 10 pistes pour faciliter la tâche des chefs d’entreprise et améliorer la quantité et la qualité des investissements. Parmi elles, il s’agit d’améliorer l’accès des TPE au crédit de trésorerie, de favoriser l’investissement en actions de l’assurance vie par le succès d’Euro-croissance, développer l’investissement en fonds propres transfrontières par des mécanismes innovants, faire converger les droits des faillites, les informations sur les PME et le scoring de crédit ….

Quant au projet 2019 d’Union des marchés de capitaux de la Commission, il est « porteur de solutions », se félicitent les auteurs du rapport. Une recommandation toutefois, « l’agenda du projet doit être rapproché, vers 2016-2017 pour partie, et priorisé selon les attentes des entreprises » : offrir un continuum de d’instruments de dette (des banques aux marchés), une titrisation mieux sécurisée et abolir les « désincitations » de Solvabilité 2 pour les investissements à long termes et à risque, précise le rapport. 

Source :
Mission sur le financement des investissements
Langue :
France
Pages :
140

A lire aussi