Le rapport qualité-prix des produits français mis en cause

le 28/05/2015

Télécharger le document

Pour regagner des parts de marchés à l'international, la France ne doit pas se contenter d'alléger le coût du travail mais elle doit aussi renforcer sa compétitivité hors-prix, en défendant mieux la propriété industrielle et en favorisant au maximum la réallocation du travail et du capital vers les entreprises les plus productives, selon le Conseil d'analyse économique (CAE). 

Dans une note publiée le 27 mai 2015, sur les raisons qui expliquent la baisse des parts de marché de la France à l'exportation, le CAE admet que la montée en puissance des pays émergents les réduit mécaniquement. Cependant, entre 1995 et 2013, les parts de marché de la France pour les biens et les services ont reculé de 42%, quand celles du Royaume-Uni et de l'Allemagne ne baissaient respectivement que de 27% et 21%. 

La spécialisation géographique ou sectorielle de la France, l'insuffisance des aides à l'exportation ou encore les questions de financement n'expliquent pas la mauvaise performance française, selon les quatre auteurs de la note (qui se sont concentrés sur les exportations de biens). «Quand on vend le même produit sur le même marché que nos concurrents, nous perdons des parts de marchés», explique Lionel Fontagné. Pourquoi ? «Le rapport qualité-prix des produits français n'est pas bon et s'est plutôt détérioré», souligne-t-il.

Lire l'article de l'Agefi Quotidien du 28 mai 2015

Source :
Conseil d'Analyse Economique (CAE)
Langue :
France
Pages :
25

A lire aussi