Les notaires guère optimistes pour l'immobilier en 2015

le 16/04/2015

Télécharger le document

L'année 2015 sera-t-elle moins "morose" que 2014 ? Pas sûr si l'on en croit la dernière note de conjoncture des notaires de France, rendue publique lundi 13 avril. Selon les notaires, "il est permis de douter que l’année 2015 voie poindre le retour de la confiance". Ils entrevoient au mieux une stabilisation du marché grâce à la baisse des prix, à des taux d'intérêts très bas et à l'amélioration des aides aux primo-accédants. 

Il faut dire que l'année 2014 ne s'est pas terminée sous les meilleurs auspices. "L'érosion des prix" s'est en effet poursuivie dans le logement ancien au quatrième trimestre 2014. Le prix des transactions a ainsi baissé de 1,2% par rapport à l'année précédente. La baisse est de 2,4% sur l'ensemble de l'année.

"Aucune transaction ne se réalise"

Dans le détail, il existe toutefois de fortes disparités régionales. Ainsi, dans les agglomérations les prix ont "légèrement" reculé, tandis que dans les zones rurales ils ont baissé "de manière plus signficative". A tel point que dans certaines zones reculées "aucune transaction ne se réalise". A Paris, l'érosion est plus mesurée, la baisse étant de 0,5%. Les notaires constatent même une légère hausse du prix des studios dans la capitale depuis deux ans (+1,4%).

La baisse des prix est toutefois plus marquée dans la capitale si l'on observe les prix médians au mètre carré des appartements anciens. Ils chutent de 2,1% sur les trois derniers mois de 2014. Même tendance à Marseille (-2%), Reims (-11,1%) et Caen (-13%).

La chute des prix est d'autant plus marquée dans les résidences secondaires. Dans la Creuse, les prix ont ainsi dégringolé de 50% depuis 2008. La Normandie et le Perche enregistrent une baisse de 20 à 25%.

Parmi leurs pistes de reprise du marché de l'immobilier, les notaires préconisent de faciliter l'offre de crédit. "Combien d’acquéreurs renoncent à l’acquisition à cause de refus de prêt ou de complications liées à l’assurance décès-invalidité ?", s'interrogent-ils, affirmant que de nombreuses promesses de vente ont échoué pour ces motifs.

Source :
Notaires de France
Langue :
France
Pages :
4

A lire aussi