Le FMI s'inquiète pour la croissance potentielle dans le monde

le 14/04/2015

Télécharger le document

Dans sa dernière édition des « Perspectives économiques mondiale » (PEM, GEP), publiée mardi 14 avril, le Fonds monétaire internationnal (FMI) souligne que la réduction du PIB potentiel liée à la crise de 2008 s’accompagne d’une réduction des taux de croissance potentiels des économies développées et émergentes. Pour améliorer ce potentiel, le FMI préconise de nouvelles réformes structurelles ainsi qu’un effort d’investissement dans les infrastructures.

Les économistes du Fonds ont toutefois maintenu leurs prévisions de croissance globales pour l’année 2015, à +3,5%. Ils ont également augmenté de 0,1 point leurs attentes pour 2016, à +3,8%. Un taux de croissance modéré, en ligne avec la moyenne des trente dernières années, mais qui cache des différences importantes entre les économies, estime l'institution.

Impact positif du prix de l'énergie

La chute du prix du pétrole devrait bénéficier à l’activité en réduisant les factures énergétiques des pays développés. En revanche elle fragilise les pays exportateurs (Moyen-Orient, Amérique latine, Russie). De même, les exportations de la zone euro et du Japon devraient bénéficier de la dépréciation, respectivement, de l’euro et du yen au détriment de celles en provenance des Etats-Unis mais aussi de Chine. Pour autant, l’économie mondiale devrait globalement profiter de ces tendances, estime le FMI.

Dans le détail la zone euro apparaît comme la principale bénéficiaire, avec une croissance révisée à la hausse à +1,5% en 2015 et +1,6% en 2016, alors que les Etats-Unis voient leur prévision de croissance réduite à +3,1% en 2015 et 2016. La Russie devrait s’enfoncer dans la récession en 2015 (-3,8%) et 2016 (-1,1%). 

Source :
FMI
Langue :
France
Pages :
230

A lire aussi