Un appel à la modernisation de la gouvernance des banques et des assureurs

le 08/01/2015

Télécharger le document

En France, le mutualisme domine le marché de la banque de détail (67% des encours de dépôts et 71% des crédits aux particuliers) et celui de l'assurance des biens et des personnes. Ce modèle historique, même s'il est performant économiquement (les mutualistes ont généré plus de 2/3 de la rentabilité d'exploitation des établissements en 2012), pourrait être réformé en vue d'en «pérenniser l'efficacité» selon un rapport de l'Institut Montaigne. 

Le think tank indépendant d'inspiration libérale présidé par Claude Bébéar, formule 17 propositions pour adapter le mutualisme aux évolutions des comportements des clients, consuméristes et internautes, aux pressions sur les modèles économiques, et au renforcement des exigences réglementaires européennes.

Le texte a été rédigé par deux hommes du sérail, un assureur, Thierry Martel, directeur général de Groupama, réélu président de la Fédération française des sociétés d'assurance mutuelles en décembre, et un banquier, Michel Mathieu, directeur général délégué de Crédit Agricole SA.

Une proposition phare concerne la modernisation de la gouvernance vers davantage de professionnalisation, alors que 2015 va être de fait une année de changements dans les groupes français. Il s'agit ainsi de généraliser des parcours de formation pour les administrateurs élus par les sociétaires ou leurs délégués, en particulier sur les nouvelles règlementations, afin de les associer pleinement aux décisions.

Source :
Institut Montaigne
Langue :
France
Pages :
112

A lire aussi