En France la croissance est ralentie par les mouvements sociaux

le 10/12/2018

Les manifestations des "Gilets jaunes" pourraient coûter 0,1 point de croissance cette année, ce qui ferait refluer le taux de hausse du PIB sous l'objectif de 1,7% escompté par le gouvernement.

L’Agence France Trésor est située au ministère de l’économie et des finances à Bercy.
(Photo P. Chiquelin.)

La croissance de l'économie française devrait se situer "plutôt du côté de 1,5%" en 2018 en raison de l'impact du mouvement des "Gilets jaunes" de cette fin d'année, a déclaré, lundi matin, Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire.

Alors que ce dernier venait d'annoncer que les répercussions du mouvement des "Gilets jaunes" pénaliseraient la croissance du quatrième trimestre à hauteur de 0,1 point, Agnès Pannier-Runacher a précisé sur LCI que "0,1 point pour une croissance qui était attendue à 1,6%, ça veut dire que la croissance sera plutôt du côté de 1,5%".

Toutefois le gouvernement n'a pas encore révisé sa prévision de croissance officielle pour cette année et s'en tient toujours à un taux de 1,7%, selon les propos de Bruno Le Maire, lundi matin sur RTL. Le chiffre de 1,6% évoqué par sa secrétaire d'Etat lundi matin peut correspondre à la prévision publiée par l'Insee début octobre, avant l'émergence du mouvement des "Gilets jaunes" mi-novembre.

De son côté la Banque de France ne prévoit plus qu'une croissance de 0,2% de l'économie française au quatrième trimestre, contre 0,4% précédemment, l'activité économique ayant été pénalisée par les perturbations liées au mouvement des "Gilets jaunes", selon les chefs d'entreprise interrogés dans son enquête mensuelle de conjoncture de novembre, publiée lundi.

Dans sa deuxième estimation de la croissance du quatrième trimestre, la banque centrale française table donc sur un ralentissement de la croissance du Pib, qui avait repris un peu d'élan au troisième trimestre avec une progression de 0,4%, après son trou d'air de début d'année et une hausse limitée à 0,2% au premier comme au deuxième trimestre.

Sur le même sujet

A lire aussi