La Bourse de Paris dans le rouge après l’élection d’Emmanuel Macron

le 08/05/2017

Le candidat d'En Marche ! a obtenu 66,1% des suffrages face à Marine Le Pen. Les places financières européennes évoluaient en négatif ou à l'équilibre peu après l'ouverture, ayant déjà largement anticipé la victoire d'Emmanuel Macron.

La Bourse de Paris dans le rouge après l’élection d’Emmanuel Macron
(Bloomberg)

Les marchés avaient largement anticipé la victoire d'Emmanuel Macron comme l'a rappelé à l'AgefiTV le directeur général délégué de Swiss Life AM Eric Bourguignon vendredi. Le candidat d'En Marche ! est devenu le huitième président de la cinquième République avec 66,1% des suffrages mais n'a pas suscité un engouement majeur sur les places financières. Vers 10h, le CAC40 reculait de 0,60% après avoir brièvement ouvert en légère hausse. La Bourse de Paris reste impassible face à la victoire de l'ancien ministre de l'Economie après avoir déjà progressé de 7% lors de l'entre-deux tours. Les banques (-0,4%) sont également dans le rouge avec, à Paris, un recul de 1,8% pour Société générale, lanterne rouge de l'indice. Les valeurs financières sont pourtant considérées par les gérants comme les principales bénéficiaires de l'élection d'Emmanuel Macron.

Les places européennes étaient quant à elles orientées à l'équilibre à 10h, à Francfort (-0,01%), Londres (-0,07%) ou Rome (-0,68%). L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro perd 0,32%, le FTSEurofirst 300 0,14% et le Stoxx 600 0,15%. L'euro était en baisse de 0,36% à 1,0958 dollar. Plus tôt, la Bourse de Tokyo a salué cette victoire avec une clôture sur un bond de 2,31% après trois jours de fermeture.

"Les marchés peuvent à présent se détendre vis-à-vis du risque politique européen, au moins pour quelques semaines", souligne à Reuters Timothy Graf, directeur de la stratégie macroéconomique de State Street Global Markets. "Il s'agit d'une bonne nouvelle à court terme pour les actifs à risque et l'euro mais les gains à attendre sur ce plan seront probablement plus limités qu'il y a deux semaines compte tenu du fait que Macron a conservé une avance constante dans les sondages entre les deux tours de la campagne."

L'un des grands enjeux sera également l'issue de la campagne des législatives avec deux tours prévus les 11 et 18 juin. Ce scrutin déterminera la capacité d'Emmanuel Macron à gouverner. Pour le moment cette majorité est loin d'être acquise.

Sur le même sujet

A lire aussi