L’AMF et l’AFG privilégient sept mesures pour renforcer la gestion française à l’international

le 27/10/2016

L’Autorité des marchés financiers et l’Association française de la gestion financière ont présenté, jeudi 27 octobre dans un rapport, le résultat des travaux du groupe de travail commun, FROG.

L'épargne salariale a retrouvé son dynamisme selon l'AFG. Photo: PHB/Agefi

Comment renforcer la présence de la gestion d'actifs française à l'international ? Cette question stratégique se pose avec une acuité particulière dans la perspective du Brexit et d'une possible redistribution des cartes entre les places financières européennes. 

Après plusieurs mois de réflexion, l’Autorité des marchés financiers (AMF) et l’Association française de la gestion financière (AFG) ont présenté dans un rapport (voir ci-desous), jeudi 27 octobre, le résultat de leurs travaux menés par le groupe de travail FROG. Sept "mesures concrètes" sont privilégiées afin de parvenir à "une plus grande visibilité et une meilleure distribution des fonds français à l’international" et de "renforcer l'attractivité de la place de Paris pour les investisseurs internationaux", indique le communiqué conjoint. 

Parmi les sept mesures décidées, "les deux premières mesures permettront ainsi aux investisseurs de : 1. Choisir parmi un catalogue complet de solutions en matière de souscription/rachat de fonds (comprenant le développement d’une offre de « Transfer agent » en France) ; 2. Investir dans des SICAV ayant fait le choix du respect d’une charte de bonne gouvernance", précisent l'AMF et l'AFG.

Le communiqué ajoute que "les cinq autres mesures, en insistant sur la transparence ou en apportant davantage de flexibilité aux sociétés de gestion, permettront également aux acteurs de la gestion d’actifs de : 3. Mieux communiquer sur les frais de gestion et se positionner de manière plus équitable dans les comparateurs en ligne ; 4. Décider de l’absence ou de l’usage de la classification AMF des fonds, rendue optionnelle ; 5. Développer des activités en disposant de possibilités élargies en matière de délégation ; 6. Gérer de la meilleure façon leur stratégie d’investissement, en ligne avec les conditions de marché et dans le meilleur intérêt du fonds et de ses porteurs grâce à une palette étoffée d’outils de gestion de la liquidité ; 7. Profiter de nouvelles possibilités en matière de pré-commercialisation".

"Né d’une ambition commune de l’AMF et de l’AFG, le groupe de travail FROG vise à apporter aux acteurs français et étrangers de la gestion d’actifs faisant le choix de domicilier leurs fonds d’investissement en France les meilleures conditions pour leur développement à l’international", rappelle le communiqué. 

L’action de FROG sera prolongée dans le temps. Un rendez-vous annuel sera instauré pour que cette démarche soit évolutive, indiquent l'AFG et l'AMF. La démarche du groupe FROG s’Inscrit dans un environnement réglementaire unifié en Europe. Elle s’est nourrie du besoin de trouver de nouveaux relais de croissance à la distribution des fonds français dans un contexte d’internationalisation et de digitalisation des services financiers. Elle a permis l’installation d’une nouvelle dynamique ambitieuse et compétitive de la place de Paris. Avec ces sept premières mesures, à prise d’effet imminente, FROG devrait contribuer à renforcer le rôle de plateforme que la place financière est en mesure de jouer. 

Sur le même sujet

Ailleurs sur le web

A lire aussi