L’activité reste robuste en Allemagne et accélère en France, selon les enquêtes Markit

le 23/08/2016

Outre-Rhin, l'indice PMI composite s'est établi à 54,4 en version flash en août, en léger retrait sur juillet, tandis qu'en France l'activité dans le secteur privé a accéléré avec un indice PMI composite à 51,6, malgré une fréquentation touristique décevante.

Une zone d’activités commerciales en Ile-de-France. A terme, 90 milliards d’euros

L'activité en Allemagne, première économie d'Europe, devrait rester dynamique au troisième trimestre malgré un contexte plus difficile, selon les enquêtes Markit auprès des directeurs d'achat publiées mardi.

Les résultats de ces enquêtes sont particulièrement attendues depuis le vote sur le Brexit le 23 juin, dont on craint les répercussions sur l'économie européenne.

Après une performance meilleure que prévu sur la période avril-juin en Allemagne, la croissance du secteur privé a ralenti en août outre-Rhin tout en restant robuste, montre l'étude Markit. L'indice PMI composite, qui regroupe le secteur manufacturier et les services, a reculé à 54,4 en version flash après 55,3 le mois dernier. Ce résultat est inférieur au niveau attendu par les économistes interrogés par Reuters (un PMI composite à 55). Il reste néanmoins nettement au-dessus de 50, le seuil séparant contraction et croissance de l'activité.

"Les résultats de l'étude d'aujourd'hui mettent en lumière le fait que l'économie allemande a poursuivi une progression ininterrompue en août", a commenté Oliver Kolodseike, économiste chez Markit.

 La production, les nouvelles commandes et l'emploi ont progressé moins rapidement que le mois précédent, a-t-il ajouté.

L'indice PMI manufacturier a baissé à 53,6 et celui des services à 53,3, un creux de 15 mois.

En France, l'activité dans le secteur privé a accéléré plus que prévu en août, révèlent les enquêtes Markit. Malgré une fréquentation touristique décevante durant l'été, la dynamisme des services lui permet de renouer avec des niveaux inédits depuis les attentats de novembre à Paris et Saint-Denis, selon la version préliminaire des indices Markit publiés mardi.

Cette accélération supérieure aux attentes dans les services a permis de compenser un nouveau ralentissement dans le secteur manufacturier, dont l'indice d'activité se maintient en-deçà du seuil de 50.

L'indice PMI des services s'est établi à 52, en nette progression par rapport à son niveau de juillet (50,5), dépassant même les prévisions les plus optimistes des économistes interrogés par Reuters, qui l'attendaient en moyenne à 50,5. L'indice PMI composite s'est établi à 51,6, un plus haut depuis novembre.

Pour la zone euro, l'activité du secteur privé a été stable au mois d'août, selon l'étude Markit, ce qui suggère que les répercussions du vote des Britanniques en faveur d'une sortie de l'Union européenne épargnent pour l'instant les économies des pays partageant la monnaie unique. L'indice PMI composite a légèrement progressé sur le mois en cours, à 53,3 dans sa version préliminaire, contre 53,2 en juillet.

A lire aussi