La Société Générale achète une banque ukrainienne spécialisée dans le crédit à la consommation

le 17/01/2008

Le français va absorber Icare, qui affiche une quinzaine de points de vente. Adaptée à chaque marché, sa démarche en la matière gagne à l’Est

Il s’appelle Icare et est installé à Donatsk, dans la partie russophone de l’Ukraine. L’établissement, doté d’une quinzaine de points de vente et de 120 collaborateurs, vient d’être pris sous l’aile du groupe Société Générale, a appris L'Agefi. Le français ne signe pas là une acquisition significative en banque de détail, mais déploie dans ce pays de 604.000 km² sa stratégie habituelle et plutôt payante dans le domaine des services financiers spécialisés (SFS). Il s’agit pour lui de renforcer, par croissance externe, sa position dans le crédit à la consommation.

Les SFS de Société Générale se sont d’abord implantés en Ukraine par le biais de la location longue durée de véhicules aux entreprises. Sa filiale ALD Automotive est ainsi devenue numéro un du marché. Dans un second temps, il y a deux ans, une filiale, ProstoFinance, a été créé ex-nihilo pour proposer du crédit à la consommation dans ce pays de 49,1 millions d’habitants. Celle-ci a crû de telle sorte qu’elle emploie désormais 2.000 collaborateurs et doit atteindre, selon des sources internes, son point mort fin 2008. Le dernier mouvement des SFS du groupe en Ukraine date d’il y a sept mois, avec la mise en place de Société Générale Equipment Finance spécialisé dans les financements d’actifs et ventes aux entreprises. La banque de financement et d’investissement est également représentée.

Société Générale poursuit ainsi sa percée en Europe de l’Est. Le schéma est souvent le même. Peut-être le retrouvera-t-on au Kazakhstan demain, comme en Russie hier. Les SFS ont en effet intégré le marché kazakh l’an dernier et signé un partenariat de distribution pour le crédit à la consommation avec la poste locale qui dispose de 3.000 guichets.

En Russie, le groupe est passé à l’étape ultime avec l’exercice de son option sur Rosbank. Après avoir acquis 20 % du capital, moins une action, en 2006, il a porté sa participation à 50 % plus une action dans la banque. Avec ses 600 agences, Rosbank devient une plate-forme idéale pour le développement du groupe. Il ne semble toutefois pas question de fusionner, pour la partie crédit à la consommation, la filiale du français, Rusfinance, qui disposait à fin novembre de 1,3 milliard d’euros d’encours, avec Rosbank.

A lire aussi