Iberdrola se défend face à une alliance d’EDF et d’ACS

le 11/02/2008

L’électricien espagnol demande un plafonnement des droits de vote d’ACS. Le régulateur espagnol demande à EDF de clarifier sa position

Le régulateur espagnol met la pression sur EDF. En requête à une demande de la CNMV, l’autorité boursière espagnole, EDF a confirmé avoir eu des contacts avec le groupe espagnol de travaux publics ACS afin « d’analyser leurs intérêts respectifs concernant Iberdrola ». Néanmoins, ces contacts demeurent à un niveau « purement exploratoire », assure l’électricien, précisant que ces discussions n’ont pas encore eu lieu en conseil d’administration. EDF aurait déjà réuni ses administrateurs mercredi pour les informer, selon une source citée par l’agence Reuters.

Parallèlement, Iberdrola a demandé à l’autorité espagnole de régulation du secteur de l’énergie (CNE) de plafonner les droits de vote d’ACS à 3 % et de ne pas l’autoriser à porter sa participation à plus de 10 %, en raison des discussions menées avec EDF. Pour le moment, ACS détient directement 7,7 % d’Iberdrola, mais contrôle indirectement l’électricien espagnol à plus de 13 %.

EDF refuse d’en dire plus pour le moment. « Rien n'est encore décidé. Plusieurs scénarios existent, avec une quantité de schémas possibles », déclarait la semaine dernière l’électricien français. En particulier, le marché mise sur un démantèlement d’Iberdrola. Dans cette hypothèse, l’électricien français récupérerait essentiellement les actifs hors Espagne et Amérique latine. Pour sa part, ACS s’octroierait l’essentiel des activités espagnoles pour les fusionner avec Union Fenosa, contrôlé à 45 % par ACS, évoquait la semaine dernière le Financial Times. Toutefois, le ministre espagnol de l'Economie, Pedro Solbes, comme les caisses d’épargne espagnoles, actionnaires d’Iberdrola à hauteur de 14 %, se sont déjà prononcés contre un démantèlement d’Iberdrola. D’ailleurs, selon le quotidien espagnol El Economista, « Iberdrola et La Caixa ont commencé à explorer la possibilité de créer un grand champion énergétique européen avec Gas Natural ». Une information toutefois démentie par Criteria Caixa, premier actionnaire de Gas Natural et filiale de la caisse d’épargne catalane.

Quoi qu’il en soit, ce dossier reste éminemment politique. Le sort qui sera réservé à Sacyr pour sortir sans dommages d’Eiffage (lire page 8), pourrait d'ailleurs conditionner la réussite d’une attaque d’EDF sur Iberdrola.

A lire aussi