Haulotte face à un marché plus sain que lors de la crise précédente

le 05/03/2008

Le constructeur de nacelles élévatrices vise une marge opérationnelle comprise entre 17% et 19% en 2008 contre 17,5% en 2007

Malgré un environnement général incertain, Haulotte reste confiant dans sa capacité à extérioriser une croissance de son activité à deux chiffres et une rentabilité voisine de celle affichée en 2007. «Nous ne voyons pas le marché s’effondrer en 2008, il devrait être globalement stable avec un marché ouest-européen en stabilisation sur des niveaux élevés et un marché nord-américain qui devrait poursuivre sa baisse. Celle-ci sera compensée par les pays émergents dont la croissance devrait déterminer l’évolution du marché en 2008», expose Alexandre Saubot, directeur général du constructeur de nacelles élévatrices, qui a tenu à préciser que le ralentissement constaté n’était pas de même nature que la situation de 2002-2003.

«Les loueurs ont, pour la plupart, des bilans sains, ils sont en phase de renouvellement de leurs parcs et ont la capacité de faire face au ralentissement, relève-t-il. Pour notre part, nous ne constatons pas de drame sur la qualité du portefeuille client comme en 2002-2003.» Le dirigeant n’observe pas non plus d’intensification de la concurrence de la part de ses rivaux américains (JLG et Terex) induite par la combinaison du renforcement de l’euro et du ralentissement du marché américain.

A ce stade, les principaux risques palpables résident dans le renchérissement des matières premières qui devrait obérer la marge brute de 3 points en 2008, soit environ 20 millions d’euros, après avoir pesé à hauteur de moins de 2 millions d’euros en 2007. L’un des objectifs prioritaires pour 2008 est de rattraper cette perte de marge brute. Le management compte notamment sur la non-récurrence des désorganisations qui auraient coûté environ 10 millions d’euros l’an passé et sur la croissance des volumes.

Globalement, Alexandre Saubot a confirmé ses objectifs 2008 annoncés en janvier dernier, soit un chiffre d'affaires compris entre 700 à 730 millions d’euros, en hausse pro forma de 14% à près de 19%. Sur le plan des marges, le dirigeant annonce une fourchette de marge nette comprise entre 10% et 12% (11% en 2007). Des perspectives de résultat qui ne tiennent pas compte de la cession de l’activité location en France à Loxam qui devrait dégager une plus-value nette consolidée de 30,7 millions d’euros.

A lire aussi