Le gestionnaire Richelieu Finance entraîné dans la crise de liquidité

le 22/01/2008

La société de gestion indépendante a pâti de sa spécialisation sur les valeurs moyennes, plus particulièrement affectées en Bourse

L’information a créé la surprise en ce début de semaine au sein du monde de la gestion française : Richelieu Finance, l’un des acteurs phares de la place parisienne, prévoit de s’adosser à un groupe européen, en vue de faire face à des problèmes de liquidités sur ses fonds, a révélé lundi Le Figaro. « Nous sommes actuellement en cours de négociations », a confirmé à L’Agefi un porte-parole de la société de gestion, sans apporter de plus amples commentaires.

« Nous traversons une crise de liquidité sans précédent. Les sociétés de gestion ont dès lors besoin d’assurer la contrepartie des clients souhaitant sortir des fonds. Dans ce contexte, le fait d’appartenir à un grand groupe constitue un atout », relève Philippe Morel, directeur associé senior au Boston Consulting Group (BCG). Si l’identité du repreneur potentiel est pour l’heure inconnue, deux types d’acteurs se profilent. « Il pourrait s’agir d’une société de private equity, notamment britannique, ce secteur ayant toutefois également été freiné par la crise. Ou d’un autre gérant, intéressé par l’apport d’expertise reconnue de Richelieu », estime Philippe Morel. Reste également à savoir si l’opération se fera par ouverture du capital ou si Richelieu passera intégralement dans le giron d’un autre groupe.

Les difficultés de Richelieu Finance interviennent après les déboires d’Axa, Oddo et BNP Paribas l’été dernier, sur fond de crise. Pour autant, la raison en est quelque peu différente et tient notamment à la spécialisation du groupe sur les valeurs moyennes, très affectées en Bourse, les investisseurs privilégiant les titres plus liquides à forte capitalisation. En outre, à l’heure où la diversification est privilégiée, la société de gestion créée et dirigée par Gérard Augustin Normand affichait des prises de position marquées sur certaines valeurs, à l’image de Club Med (20 %) ou Cegid (6 %).

Dans ce contexte, le fonds vedette de Richelieu Finance, Richelieu Spécial, présentait 1,36 milliard d’euros d’actifs sous gestion à la mi-janvier, contre 2,5 milliards avant la crise estivale, en juillet dernier. A fin décembre 2007, l’ensemble des encours de la société, répartis entre six véhicules, s’élevait à 4 milliards d’euros.

A lire aussi