La bourrasque perdure sur les marchés financiers asiatiques

le 22/01/2008

La monnaie japonaise est au plus haut depuis plus de deux ans, victime des débouclements d’opérations de «carry trade»

Au lendemain d’une journée noire sur les marchés financiers, les Bourses asiatiques ont de nouveau chuté ce mardi matin de près de 5 % dans un contexte de panique liée au risque d’une récession économique aux Etats-Unis. Au Japon, la Bourse de Tokyo, qui avait clôturé sur un recul de 3,86 %, a poursuivi sur cette pente. A l’ouverture, l’indice Nikkei cédait 2,63 % à 12.974,85 points, repassant pour la première fois sous la barre des 13.000 points depuis octobre 2005. Dans la soirée, le reflux s’est accentué, l’indice vedette de la place financière japonaise cédait 4,41 %. L’indice élargi Topix reculait lui de 3,98 %. Sur le reste du continent, l’indice phare de la Bourse de Hong Kong perdait 5 %, soit la deuxième plus importante baisse depuis janvier 2000. L’indice australien S&P/ASX 200 a baissé de 4,6 % tandis que l’indice Taiex de la Bourse de Taiwan cédait 6 %.

Des valeurs comme Toyota, qui perd 5,51 %, ou Sony, qui lâche 5,1 %, sont particulièrement malmenées. Ces entreprises fortement exportatrices pourraient être directement touchées par un recul de l’activité économique aux Etats-Unis. Elles sont également frappées par la parité dollar-yen, la devise japonaise est à un plus haut face au billet vert depuis 32 mois. Victime des débouclements d’opérations de «carry trade» qui consistaient à emprunter en yen pour investir dans des devises offrant davantage de rendements, le yen a atteint 105,63 par rapport au dollar et à 152,38 par rapport à l’euro. Pour un stratège change, «rien ne semble pouvoir arrêter ce mouvement de hausse conditionné par le décrochage des marchés d’actions

D’ailleurs, la tempête pourrait continuer sur les places financières mondiales. En effet, alors que les marchés américains étaient fermés en souvenir de Martin Luther King hier, la Bourse de Wall Street pourrait chuter violemment aujourd’hui. Et pour un analyste, «si le gouvernement américain ne trouve pas une sorte de réponse politique, il nous faudra accepter de nouvelles chutes à venir.» «Il faut que les Américains agissent de façon spectaculaire.» Le gérant de fonds PIMCO a également appelé la Réserve fédérale à réduire immédiatement ses taux directeurs.

Or, les futures sur les Bourses américaines laissent prévoir une forte baisse sur les marchés d’actions américains. Les futures sur le Dow Jones et sur le S&P 500 baissaient respectivement de 4,5 % et 4,7 %. Une baisse supplémentaire de 20 % des bourses américaines marquerait la fin du mouvement de hausse sur les marchés d’actions débuté en octobre 2002.

A lire aussi