Alcatel-Lucent a passé 2,5 milliards de dépréciations fin 2007

le 11/02/2008

Les difficultés du secteur ont contribué à transformer les synergies promises en perte de valeur massive pour le groupe fusionné

Le bout du tunnel semble encore loin pour Alcatel-Lucent. L'équipementier de télécommunications franco-américain, qui a annoncé en marge de ses résultats qu’il comptait conserver sa participation de 21 % dans Thales, a enregistré au titre du seul 4e trimestre une perte totale de 2,58 milliards d’euros, contre un résultat négatif de 615 millions durant la période comparable de l’année dernière, suite à une dépréciation de survaleurs de 2,52 milliards essentiellement due aux perspectives incertaines de la technologie cellulaire CDMA utilisée aux Etats-Unis. Si les ventes en progression de 18 % à 5,23 milliards d’euros ont été meilleures que prévu, la perte nette ajustée de 48 millions d’euros se compare défavorablement au bénéfice médian de 180 millions attendu par le marché. Le programme de suppression de 16.500 emplois, qui devait en théorie générer plus de la moitié des économies de coûts estimées en juin dernier à 1,7 milliard d’euros sur 3 ans, ne semble donc pas de nature à compenser une concurrence accrue et des investissements bien inférieurs aux attentes de la part des principaux opérateurs de télécommunications.

Après l'avertissement voici deux jours de Cisco Systems prévoyant un ralentissement rapide de ses commandes, et la prudence d’Ericsson sur les infrastructures mobiles la semaine dernière, le leader mondial des réseaux fixes a donc confirmé l’atonie du marché mondial des équipements télécoms et des services correspondants, celui-ci devant ressortir « à l'équilibre ou légèrement en croissance en 2008 à taux de change euro/dollar constant, soit légèrement en baisse à taux courant » ; il prévoit d'autre part pour son propre compte « une marge opérationnelle ajustée comprise entre 2,5 et 5 % sur l’ensemble de l’année », après 0,6 % en 2007, ce qui est là encore inférieur au consensus. Alcatel-Lucent a de plus indiqué que « ses revenus au cours du 1er trimestre étaient traditionnellement en baisse de 20 à 25 % par rapport au 4e trimestre à cause d’une forte saisonnalité. En conséquence, le groupe prévoit un résultat d’exploitation ajusté au premier trimestre 2008 négatif ». Le paiement d'un dividende au titre de 2007 a de ce fait été suspendu, ce qui ne devrait pas contribuer, selon de nombreux analystes, à un redressement durable du titre qui a déjà perdu plus de la moitié de sa valeur au cours des six derniers mois.

A lire aussi