Dossier Alpha League Table 2016

La méthodologie de l’Alpha League Table passée au crible

le 22/03/2016

Basé sur l’outil d’analyse Style Analytics développé par EuroPerformance, l’Alpha League Table permet de distinguer le talent relatif à la gestion active (alpha) des autres composantes de la performance, liées au marché (beta). Et de récompenser les sociétés de gestion pour leur capacité à créer de l’alpha dans leur gestion « actions ». Le calcul de l’alpha, c’est-à-dire de la surperformance obtenue par le gérant par rapport aux rendements « normaux » que lui procurent des expositions à des risques de marchés et de styles, suppose que soient déterminées précisément les expositions aux risques (les betas). Le benchmark représentatif des risques réellement pris par le gérant est déterminé en analysant les rendements du fonds par une régression multi-indicielle sur les styles (méthode « Return Based Style Analysis » du prix Nobel Willam Sharpe).

L’objectif de l’Alpha League Table est de permettre de classer les sociétés de gestion selon leur capacité à délivrer fréquemment de l’alpha via l’intensité d’alpha. L’intensité d’alpha est la synthèse de deux indicateurs calculés à partir des informations de l’EuroPerformance Style Analytics :

 La fréquence d’alpha dans la gamme, qui s’exprime par le rapport entre le nombre de fonds ayant un alpha strictement positif sur l’ensemble des fonds analysés d’une même société de gestion.

La moyenne d’alpha, qui correspond au pourcentage moyen d’alpha calculé sur les fonds ayant un alpha strictement positif.
La valeur d’intensité d’alpha de l’Alpha League Table, qui est le produit de la fréquence de fonds « alpha » par la moyenne d’alpha.

Les sociétés de gestion éligibles

Les sociétés retenues pour le classement doivent répondre à plusieurs critères. Toutes les sociétés doivent être éligibles dans le marché étudié en exerçant une activité de gestion et en disposant d’un agrément par l’autorité de contrôle dans la zone sur laquelle porte le palmarès. Dans le cas présent, les sociétés étrangères n’ayant qu’une activité commerciale en France sont exclues. En revanche, pour les sociétés agréées, l’ensemble de leurs fonds à la fois gérés et commercialisés est retenu, indépendamment du pays de domiciliation du fonds. Lorsque la société de gestion délègue la gestion du fonds à une autre société de gestion (gestion par délégation), le fonds est affecté pour le classement à la société par délégation. S’agissant d’une appréciation sur la gamme des produits « actions » des sociétés de gestion, sont retenues dans le concours les sociétés pour lesquelles au moins les 2/3 de leur gamme sont analysés dans l’EuroPerformance Style Analytics. Les sociétés répondant aux critères ci-dessus doivent avoir au minimum 6 fonds analysés dans l’EuroPerformance Style Analytics pour concourir à l’Alpha League Table, ces derniers étant répartis dans un minimum de 4 catégories d’analyse.

Les fonds retenus pour le classement

Les fonds « actions » sont éligibles à l’Alpha League Table, à condition d’être recensés dans la base de données d’EuroPerformance et d’être analysés dans l’EuroPerformance Style Analytics sur les 12 mois de calcul du prix. L’EuroPerformance Style Analytics est construit à partir de trois critères (la performance ajustée du risque (ou alpha) ; le potentiel de perte extrême (Value-at-Risk) et la persistance de la performance. Pour cela, ils doivent avoir au moins trois ans d’ancienneté et moins de deux rendements manquants sur la période de calcul de l’alpha (156 semaines) et ne pas appartenir à l’une des catégories suivantes : or et matières premières ; immobilier et ETFs; et l’ensemble des OPCVM pratiquant une gestion indicielle.

A lire aussi