La dévaluation du yuan fait chuter les valeurs du luxe

le 11/08/2015

Pékin a annoncé cette nuit la dévaluation de sa monnaie après une série d'indicateurs macroéconomiques confirmant l'affaiblissement de l'activité

La dévaluation du yuan fait chuter les valeurs du luxe

La Chine a annoncé mardi dans la nuit avoir dévalué le yuan après une série d'indicateurs macroéconomiques confirmant l'affaiblissement relatif de l'activité, et notamment une chute des exportations en juillet, ramenant la monnaie vers son plus bas niveau en près de trois ans. 

La Banque de Chine a fixé le point médian de la bande de fluctuation quotidienne autorisée du yuan à 6,2298 pour un dollar, contre 6,1162 lundi. En présentant sa décision, elle a dit viser une dépréciation "exceptionnelle" de près de 2%. "Etant donné que le commerce de biens continue d'enregistrer des excédents relativement importants, le taux de change effectif réel du yuan est encore relativement fort vis-à -vis d'autres devises et s'écarte des anticipations du marché", a expliqué la banque dans un communiqué. "Il est donc nécessaire d'améliorer encore la fixation du point médian du yuan pour répondre aux besoins du marché."

La Chine gère le taux de change du yuan en fixant un point médian officiel autour duquel la monnaie peut varier chaque jour de plus ou moins 2%. La Banque de Chine a expliqué que désormais, elle fixerait ce point médian en se basant sur les estimations des intervenants et sur le cours de clôture de la veille.

En Bourse en tout début de séance, LVMH a perdu 2,24% à 170,40 euros, plus forte baisse du CAC 40, Kering a cèdé 1,7% à 176,80 euros et Hermès International 1,8% à 346,30 euros. Dans le secteur de l'automobile, Valeo a reculé de 2,09% à 124,30 euros, PSA de 1,99% à 18,005 euros, et Renault 0,87% à 87,41 euros. Les valeurs liées aux matières premières sont également touchées à l'instar d'ArcelorMittal avec un recul de 2% à 8,538 euros.

A lire aussi