La BCE prête à lancer les achats d'obligations dès mi-octobre

le 02/10/2014

Concernant les achats d'ABS, Mario Draghi a précisé que Chypre et la Grèce seraient aussi éligibles sous certaines conditions

Les achats d'obligations sécurisées pourront débuter mi octobre, a déclaré Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne (BCE), jeudi, lors de sa conférence de presse à Naples. Il a précisé que le programme durera au moins deux ans.

Auparavant, la BCE a annoncé qu'elle laissait inchangés ses taux directeurs, un mois après les avoir abaissés à de nouveaux plus bas historiques. Le taux de refinancement reste fixé à 0,05%, le taux de la facilité de prêt marginal à 0,30% et celui de la facilité de dépôt à -0,2%.

Concernant les achats de crédits titrisés (ABS), la BCE a publié dans un  communiqué les détails du programme. La banque centrale achètera des tranches de dette senior et mezzanine. Les tranches seniors devront être élibles aux règles en vigueur pour le collatéral pris en pension à la BCE, être libellées en euros et assises à 95% au moins sur des créances sur des résidents de la zone. « Nous voulons être aussi inclusifs que possible, mais avec prudence. En conséquence, nous avons décidé d'inclure des pays dont la notation est inférieure à BBB-, comme la Grèce et Chypre, en appliquant une certaine dérogation, avec deux réserves», a précisé Mario Draghi. « La première est qu'il y ait une série de mesures qui atténuent le risque pour les achats spécifiques qui interviendront dans ces pays, de sorte que les actifs qui y seront achetés présenteront un risque équivalent aux actifs achetés ailleurs. Et ensuite, il y a une seconde réserve que je qualifierais de réserve de prudence, qui est qu'en principe les pays doivent être sous programme avec l'Union européenne ». En pratique, ces titres grecs et chypriotes devront bénéficier d'un rehaussement de crédit de 25% au moins, et toutes les contreparties à la transaction être au moins notées en catégorie investisseur.

Les conditions de rachat des tranches mezzanine seront précisées ultérieurement. Mario Draghi a ajouté que l'univers potentiel du programme d'obligations sécurisées et d'ABS est de 1.000 milliards. 

Interrogé sur d'éventuels achats d'obligations souveraines, Mario Draghi a répété que le conseil des gouverneurs est prêt si nécessaire à prendre de nouvelles mesures non-conventionnelles. « Si cela devait s'avérer nécessaire pour traiter les risques d'une période trop prolongée de faible inflation, le conseil des gouverneurs est unanime dans son engagement à utiliser des instruments non conventionnels supplémentaires dans le cadre de son mandat », a déclaré Mario Draghi. L'inflation dans la zone euro a ralenti à 0,3% en septembre, s'éloignant davantage de l'objectif de la BCE d'un taux légèrement inférieur à 2%.

Mario Draghi a également martelé que les pays qui ont des marges de manoeuvre budgétaires doivent les utiliser. Selon lui, les actions de la BCE seront plus efficaces si d'autres politiques visant la demande sont mises en oeuvre. S'agissant de la France, le président de la BCE a dit faire confiance au gouvernement pour prendre les mesures nécessaires en matière de réformes structurelles.

A lire aussi