La BCE est prête à agir en cas de besoin, selon Mario Draghi

le 09/01/2014

Le président de la BCE s'est dit prêt à encore assouplir sa politique monétaire à l'avenir si nécessaire, peu après que le Conseil des gouverneurs a maintenu son taux à 0,25%, ce jeudi

La BCE. Photo: Bloomberg

L’inflation dans la zone euro va rester faible pendant un certain temps avant de remonter vers l'objectif qu'elle s'est fixé, a déclaré jeudi Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne (BCE) à l’issue de la réunion mensuelle de politique monétaire qui a laissé le principal taux d’intérêt à 0,25%.

Au cours de sa conférence de presse,  Mario Draghi a précisé qu’ à moyen et long termes, l'inflation devrait rester « ancrée » à l'objectif de la BCE, un rythme inférieur à 2% mais proche de ce seuil. Il a expliqué que la politique monétaire de la BCE n'avait pas changé. « Nous réaffirmons fermement notre communication avancée et nous continuons d'anticiper que les principaux taux d'intérêt de la BCE resteront à leur niveau actuel, voire plus bas, pour une période de temps prolongée », a-t-il dit, rappelant avoir pour  « mandat de maintenir la stabilité des prix – dans les deux directions ».

La BCE dispose d’une série appréciable d’instruments s’il s’avère nécessaire d’assouplir davantage sa politique monétaire et elle reste prête et en mesure d’agir si nécessaire, a martelé Mario Draghi.  « Nous avons beaucoup d’instruments. Le choix dépendra de ce qui se passe », a-t-il dit.  La semaine dernière Mario Draghi a déclaré n'avoir observé ni signe de déflation, ni besoin de baisse des taux. Mais il a ajouté qu'il était indispensable d'éviter que l'inflation reste durablement inférieure à 1%.

L'inflation dans la zone euro s’éloigne depuis plusieurs mois de l'objectif de 2%, et s’est établi à 0,8% en rythme annuel en décembre, ce qui fait craindre une spirale déflationniste comparable à celle qu'a connue le Japon au cours des années 1990 et 2000.

A lire aussi