L'activité a reculé de 0,1% au troisième trimestre en France

le 14/11/2013

L'insee a souligné que l'investissement a baissé et les exportations ont rechuté entre juillet et septembre

Photo: PHB

L'économie française s'est contractée de 0,1% au troisième trimestre du fait de la baisse de l'investissement et d'une rechute des exportations, a indiqué l'Insee, jeudi 14 novembre. L'institut confirme par ailleurs qu'au deuxième trimestre, le Produit intérieur brut (PIB) a enregistré une hausse de 0,5%.

Le consensus des économistes pour le troisième trimestre s'était établi sur une hausse du PIB de 0,1%. Pour sa part, l'Insee avait anticipé une stagnation du PIB, avant un rebond de 0,4% au quatrième trimestre, accréditant ainsi la prévision désormais retenue par la Banque de France pour les trois derniers mois de cette année. L'acquis de croissance pour 2013, c'est à dire le niveau moyen d'activité de l'ensemble de l'année si la croissance du dernier trimestre devait être nulle, s'élève  à +0,1%, ce qui correspond à la prévision du gouvernement. 

La contribution de la demande intérieure à la croissance du troisième trimestre a été nulle, alors qu'elle avait représenté 0,4 point de PIB au deuxième trimestre, et celle de la variation des stocks des entreprises a été positive de 0,5 point. Linvestissement global, en baisse pour le septième trimestre consécutif, s'est replié de 0,6%. Celui des seules entreprises non financières a chuté de 0,6% après avoir mis fin au deuxième trimestre à cinq trimestres de recul, avec une évolution corrigée à +0,1%, a rechuté. Ce recul tient pour l'essentiel aux services (-1%) et dans une moindre mesure à la construction (-0,5%). Mais l'Insee note que l'investissement du secteur manufacturier a renoué avec la croissance (+0,9% après -0,3%).

Les dépenses de consommation des ménages comme des administrations publiques ont augmenté de 0,2% sur le trimestre.

La contribution du commerce extérieur a été négative de 0,7 point en raison d'une baisse des exportations (-1,5% après +1,9% au 2e trimestre) et des importations qui restent élevées  (+1% après +1,6%). 

A lire aussi