Standard & Poor's abaisse la note de crédit de la France de AA+ à AA

le 08/11/2013

L'agence de notation estime que la marge de manœuvre budgétaire du gouvernement français s’est réduite

Photo: Bloomberg

L’agence de notation Standard and Poor's (S&P) a rétrogradé la note française à long terme d’un cran à AA contre AA+,  vendredi 8 novembre. L'agence américaine avait été la première à faire perdre à la France son triple A en janvier 2012. «Nous pensons que la marge de manœuvre budgétaire de la France s’est réduite, alors que nous la considérions auparavant comme élevée au regard des pays comparables», explique S&P qui invoque un soutien populaire amoindri. «Notamment, il nous semble que les pouvoirs publics disposent désormais d’une marge de manœuvre réduite pour augmenter les recettes», ajoute t-elle.

Si certaines mesures prises par le gouvernement sont jugées positives, «la création du Crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE), l’obtention d’un accord sur la réforme du marché du travail, et des réformes sectorielles spécifiques», elles restent «probablement insuffisantes pour débloquer le potentiel de croissance de la France».

L’agence de notation n’accorde également qu’un crédit modéré à la politique du gouvernement français dans la lutte contre le chômage malgré l’annonce récente par Bernard Cazeneuve de nouveaux crédits alloués à l’emploi. «Nous considérons que les mesures de politique économique mises en œuvre depuis la confirmation des notes de la France le 23 novembre 2012 n'ont pas réduit de manière significative le risque que le taux de chômage reste au-dessus de 10% jusqu'en 2016», explique l’agence.

Dans un communiqué, le ministre de l'économie, Pierre Moscovici, a vivement réagi aux jugements de l'agence, jugés «critiques et inexacts». «Il rappelle que le gouvernement a mis en oeuvre au cours des dix-huit mois écoulés des réformes d'envergure pour redresser l'économie du pays, ses finances publiques, et sa compétitivité, grâce à une méthode fondée sur l'écoute et le dialogue». Et d'ajouter que «jamais un gouvernement n'avait conduit autant de réformes en un temps si court, et dans un contexte conjoncturel aussi difficile ».

Maigre motif de satisfaction pour le gouvernement, la perspective de la note est « stable » , ce qui « traduit, selon Standard & Poor's, l'engagement du gouvernement à contenir la dette publique», assure le ministère de l’Economie et des finances.

A lire aussi