Le Cac 40 conforte peu à peu son redressement

le 09/08/2013

Il a atteint vendredi 9 août un niveau record depuis le début 2013, culminant à 4087,44 points en cours de séance, en hausse de 12% depuis janvier

Le Cac 40 conforte peu à peu son redressement

Le CAC 40 a atteint

vendredi 9 août un niveau record depuis le début 2013, culminant à 4087,44

points à 16H48. Il a terminé en hausse de 0,3% par rapport à la clôture de la

veille et surtout de 12% depuis le début de l’année. L’indice bat ainsi son

précédent record de 4.072,24 points le 28 mai. La place de Paris bénéficie des

anticipations de début de reprise économique dans la zone euro et dans les pays

de l’OCDE en général, et de la stabilisation de certaines économies émergentes.

Les inquiétudes suscitées par la baisse de régime chinoise de ces derniers mois

se sont atténuées avec l'annonce d'une production industrielle en hausse de

9,7%, plus forte que prévu.

La Bourse de Paris, après un long passage à vide qui l'a conduit sous les 3.600 points fin juin, a

été soutenue par les récentes annonces de la Banque centrale européenne qui

s’est engagée à maintenir une politique monétaire accommodante aussi longtemps

que nécessaire.  Elle a été également entraînée par le rebond de l’indice américain Dow Jones qui s’est adjugé, jeudi 8 août, 0,18%

d’augmentation après trois jours de baisses consécutives. De son côté, le Nasdaq Composite a terminé

sur une hausse de 0,41%, jeudi.

Selon la directrice générale de Cogefi gestion, Lucile Combe,  l’inflexion

du discours de la Réserve fédérale américaine, laissant entendre que les

rachats d’actifs pourraient bientôt diminuer, doit faire accepter aux

investisseurs « qu’une accélération de la croissance

conjuguée à un assainissement budgétaire ait pour corollaire la hausse des

taux ». Dans une analyse publiée par l'Agefi.fr, elle conclut: « Nous pensons qu’il

est donc temps d’investir sur les marchés actions pour de bonnes raisons, à

savoir une croissance qui va se raffermir dans un environnement financier plus

stable qu’au cours des dernières années plutôt que par défaut, appuyé sur la

béquille monétaire ».

D’autres facteurs ont

été favorables à la bouse, la publication de comptes relativement solides au

deuxième trimestre par les entreprises ainsi que le regain d'activité dans les

fusions-acquisition.

A lire aussi