L'activité des principaux pays s'est nettement affaiblie en juillet

le 01/08/2012

Plusieurs indices de l'activité dans la zone euro, aux Etats Unis et en Chine ont révélé un ralentissement et parfois une contraction de la production manufacturière.

L'activité des principaux pays s'est nettement affaiblie en juillet

L’activité industrielle dans la

zone euro et aux Etats unis s’est affaiblie en juillet, selon différents

indicateurs publiés ce mercredi et confirmant un ralentissement économique des

grands pays. Même la Chine n’a pas échappé à cette pluie de mauvaises

nouvelles avec la publication d’un PMI révélant une industrie voisine de la

contraction (50,1) en juillet toujours.

L’aggravation de la situation économique

mondiale se fait jour au moment où la Fed tient la réunion de son comité de

politique monétaire, précédent de quelques heures celle de la BCE, ce jeudi. L’une

comme l’autre suscite l’espoir de mesures de soutien à l’économie.

La zone euro présente les signes

les plus inquiétants. L’industrie manufacturière de ses 17

membres s’est contractée durant 11 mois consécutifs, se propageant des pays du sud

vers ceux du nord. Même l’Allemagne, la première économie de la zone, connait

le doute. Selon un sondage récent, 57% des Allemands

portent un regard pessimiste sur les perspectives économiques de leur pays

contre seulement 12% se déclarant optimistes, soit un écart de 45 points inédit

depuis octobre 2008 lorsqu’a éclaté la crise. L’indice des directeurs d’achat (PMI)

Markit de l’Eurozone du secteur manufacturier a chuté à 44, loin du seuil de 50

qui sépare une situation de croissance de celle de contraction.

En marge de la zone euro, la Grande-Bretagne

est de nouveau entrée en récession fin 2011 malgré la pleine maîtrise de sa

monnaie. L’industrie manufacturière a fondu à un rythme inégalé depuis trois

ans. Et l’espoir d’une reprise qu’aurait pu alimenter les JO de Londres est en

train de s’évanouir.

Aux Etats Unis, où la croissance ralentit,  l’ISM a indiqué en juillet que son indice pour

le secteur manufacturier s’est établi 49,8, à peine au dessus de celui de juin,

portant à deux mois consécutifs la durée de la contraction. Selon Markit, l’activité

tourne à son plus faible régime depuis près de 3 ans. L’emploi a reculé à son

plus bas niveau depuis deux ans et demi. Du côté des consommateurs, l’humeur n’était

pas aux dépenses de grande ampleur ces derniers mois. Les trois grands

constructeurs automobiles ont enregistré des ventes inférieures aux attentes le

mois dernier.  Pour General Motors, la

baisse des ventes a atteint 6%.

Dépendantes de la demande des

pays riches, les économies émergentes manifestent des signes d’essouflement, même

si en Chine et en  Inde l’activité industrielle

semble résister. Selon l’Agence Chine nouvelle, le président chinois Hu Jintao

a déclaré que des mesures monétaires et budgétaires seraient prises au deuxième

semestre.  Au Brésil, la faiblesse de la

demande et l’appréciation du taux de change present sur l’activité, le PMI de HSBC

s’inscrivant sous le seuil de 50.

A lire aussi