La contraction de l'activité de la zone euro se précise

le 24/07/2012

Les premiers résultats des enquêtes mensuelles PMI de juillet montrent un recul de la production manufacturière et une tendance à la baisse dans les services malgré un frémissement ponctuel.

La contraction de l'activité de la zone euro se précise

L'activité dans le secteur privé de l'ensemble de la zone euro s'est contractée en juillet pour le sixième mois consécutif, en raison notamment d'un recul marqué de la production manufacturière, selon les premiers résultats des enquêtes mensuelles PMI (purchasing managers' index). L'indice composite est resté inchangé à 46,4 alors que le consensus tablait sur une légère hausse à 46,5.

Pour le secteur manufacturier, l'indice PMI a reculé à 44,1, son plus bas niveau depuis juin 2009, contre 45,1 en juin. Le consensus s'était établi à 45,3. Dans les services, l'indice a en revanche dépassé les attentes, remontant à 47,6 pour un consensus de 47,2. En juin, il n'avait atteint que 47,1. Malgré le frémissement de juin, la tendance est plutôt à la baisse de l'activité. 

"Les PMI flash de juillet suggèrent que la crise de la zone euro ne montre aucun signe de répit en ce début de troisième trimestre et sont cohérents avec une baisse du PIB d'environ 0,6% en rythme trimestriel, ce qui est comparable avec le rythme de baisse que nous attendons pour le deuxième trimestre", commente Chris Williamson, chef économiste de Markit.

En France, le rythme de contraction de l'activité dans le secteur privé s'est ralenti en juillet, à l'exception du secteur manufacturier où il ressort à un plus haut de plus de trois ans, selon les premières estimations de Markit. L'indice PMI manufacturier a reculé à 43,6 après 45,2 en juin, au plus bas depuis mai 2009 et nettement en dessous du consensus de 18 économistes (45,5). Il reste inférieur au seuil de 50, qui marque sépare croissance et contraction. L'indice des services a en revanche rebondi à 50,2 après 47,9 en juin, un résultat supérieur au consensus (47,8). L'indice PMI composite progresse légèrement à 48,0 en juillet après 47,3 en juin, restant sous la barre des 50.

Même l'Allemagne n'échappe pas à la pluie de mauvaises nouvelles. L'activité dans le secteur privé y a enregistré au mois de juillet un troisième mois consécutif de contraction, ce qui pourrait se traduire par une baisse du PIB au troisième trimestre après celle, probable, du deuxième. L'indice PMI composite est tombé à 47,3 contre 48,1 en juin selon l'estimation "flash" publiée mardi. Il reflète la contraction la plus marquée depuis le pic de la crise financière en juin 2009. L'indice PMI manufacturier calculé par Markit pour l'Allemagne est revenu à 43,3 en première estimation (consensus: 45,3; juin: 45,0). La production manufacturière est revenue à son plus bas niveau depuis plus de trois ans et les nouvelles commandes ont subi leur plus forte baisse depuis avril 2009. Le PMI des services ressort lui aussi en baisse, mais moins marquée, à 49,7 contre 49,9 en juin. Le consensus le donnait à 50,0.

Ces chiffres suggèrent une contraction de 0,1% du PIB allemand au deuxième trimestre, estime Chris Williamson, chef économiste de Markit.

A lire aussi