Deutsche Wohnen est désormais passé du statut de prédateur à celui de proie

le 23/10/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Contraint de renoncer au rachat de LEG, le groupe immobilier a justifié hier son rejet de l’offre non sollicitée du leader allemand Vonovia.

Contrecarré dans sa politique de croissance externe, Deutsche Wohnen va concentrer ses efforts sur le maintien de son indépendance. Le deuxième groupe immobilier allemand vient de renoncer au rachat, annoncé le mois dernier, de son concurrent LEG Immobilien pour 4,6 milliards d’euros,  alors qu...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

A lire aussi