Le capital-risque s’ouvre au champ de la « deep tech » en France

le 22/03/2018 L'AGEFI Hebdo

Les investissements sont appelés à croître dans ces technologies, sécurisées par un brevet et mieux valorisées que la « low tech ».

Si la low tech (innovation d’usage basée sur des technologies existantes, à l’image de Blablacar ou Airbnb) prédominait ces dernières années, les acteurs du capital-risque s’ouvrent aux multiples champs offerts par la deep tech. « Ces innovations ont comme sous-jacent une véritable avancée...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés

Sur le même sujet

A lire aussi