Ce n’est pas la taille...

le 31/01/2013 L'AGEFI Hebdo

L’immobilier de luxe réserve des surprises. Du moins l’étude que vient de réaliser le groupe de transactions immobilières Coldwell Banker sur le rapport des Américaines à la pierre. Dans un pays où les femmes contrôlent 51,3 % de la richesse, les millionnaires - parties de rien ou devenues riches par héritage ou par divorce - ont une idée précise de ce que doit leur apporter leur résidence principale. Ce n’est pas « la taille de la propriété » qu’elles privilégient, un critère plutôt masculin, mais « l’attention particulière donnée aux finitions et à la sécurité ». Médecins, avocats ou professionnels de la finance, parmi elles, certaines se laissent aussi tenter par une résidence secondaire, notamment en France : « Un pied-à-terre immédiatement habitable » qu’elles sont prêtes à payer un peu plus cher, explique le leader mondial de l’immobilier d’exception, pour ne pas faire la décoration. En somme, du plaisir clé en main.

A lire aussi